Comment savoir si vous avez une névralgie pudentale

Critères diagnostiques de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) :

Critères indispensables au diagnostic de névralgie pudendale

Douleur située dans le territoire du nerf pudendal (de l’anus à la verge ou au clitoris)
Douleur prédominant en position assise
Douleur ne réveillant habituellement pas la nuit
Absence de déficit sensitif objectif
Bloc diagnostique du nerf pudendal positif (sous réserve d’une technique scanno-guidée irréprochable par des spécialistes)

Critères complémentaires au diagnostic

Sensations de brûlures, décharges électriques, tiraillement, engourdissement
Sensation de corps étranger endocavitaire (« sympathalgie » rectale ou vaginale)
Aggravation de la douleur au cours de la journée
Douleur à prédominance unilatérale
Douleurs apparaissant après la défécation
Présence d’une douleur exquise à la palpation de l’épine sciatique
Données de l’électroneuromyogramme chez l’homme et la femme nullipare

Critères d’exclusion

Douleurs uniquement coccygienne, fessière, pubienne ou hypogastrique
Prurit
Douleurs uniquement paroxystiques
Anomalies d’imagerie pouvant expliquer la douleur

Signes associés n’excluant pas le diagnostic

Irradiation fessière ou au membre inférieur, notamment en position assise
Douleur sus-pubienne
Pollakiurie et/ou douleurs au remplissage vésical
Douleurs apparaissant après l’éjaculation
Dyspareunie et/ou douleurs après les rapports sexuels
Troubles de l’érection
Normalité de l’ENMG

Toutes ces douleurs sont la plupart du temps, permanentes, aggravées en position assise, soulagées allongé.

Elles prennent souvent une forme chronique et leur intensité peut être intolérable.

Le retentissement psychologique est majeur : vie intime, familiale, sociale et professionnelle sont souvent affectées.

Le maintien d’une vie professionnelle normale est souvent compromis.

Cerner la cause exacte à l’origine de la douleur

Ce que dit Jean-Luc HEILI qui est responsable d’un centre régional de douleur chronique

Il voit quelques patients « catalogués » NEVRALGIE PUDENDALE
Or tous ceux qui ont été vus dans son service sont des échecs de la chirurgie car ce n’était pas
Le bon diagnostic !

Il s’agissait, en fait, d’un syndrome douloureux chronique.

Pour savoir ce qu’il a exactement, le patient doit, tout d’abord, consulter un « vrai neurologue », un « vrai » médecin de la douleur chronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Retour sur le site de france assos santé